DES MYTHES À DÉMYSTIFIER

“Le pire ennemi de la connaissance n’est pas l’ignorance, mais l’illusion de la connaissance”
(Stephen Hawking – Cosmologue et Physicien anglais).

On les appelle parfois “légendes métropolitaines” : ce sont les fausses histoires et les convictions qui se répandent sans contrôle, qui sont presque toujours arrivées à des amis ou à des connaissances, et jamais à ceux qui les racontent ou les diffusent. Les systèmes Fix&Go néchappent pas à cette règle.

Après l’utilisation du produit, la roue se détériore

C’est sans doute le lieu commun le plus répandu, et aussi le plus faux. Le flacon de Fix&Go ne contient pas de mousse, mais un latex émulsionné avec d’autres composants sous forme liquide en une formule originale brevetée par Fix&Go,. Étudié pendant des années, certifié selon les réglementations internationales les plus rigoureuses, le liquide de scellage Fix&Go est le résultat d’une formulation à base de latex naturel développé dans le but de réduire l’impact sur l’environnement. Complètement atoxique et non polluant, il répare les trous de grandes dimensions comme le stylo avec lequel vous écrivez (Ø 6 mm). Les pièces de rechange Fix&Go sont faciles à remplacer et on les achète séparément du système original.

Il faut beaucoup de temps pour gonfler la roue

La comparaison entre le temps nécessaire pour remplacer une roue crevée par la roue de secours (… ou la petite roue), et les quelques minutes demandées par Fix&Go, démolit complètement cette fausse croyance. Par ailleurs, il suffit d’énumérer la suite des actions nécessaires pour changer la roue traditionnelle afin de se rendre compte de l’inconsistance de ce jugement : positionnement du cric sous la voiture, soulèvement de cette dernière, démontage des boulons (… quand on y parvient !), remplacement de la roue, revissage des boulons, rangement du matériel dans la voiture. Au total, en moyenne, entre 30 ou plutôt 45 minutes… Avec le système Fix&Go 15 minutes suffisent, de l’arrêt sur le bord de la route au moment de la reprise du voyage.

La réparation avec le kit n’est pas fiable

La méfiance concernant l’efficacité de la réparation réalisée avec les systèmes en kit, comme Fix&Go, est vraiment le fruit d’idées préconçues enracinées. Si les conditions le permettent (diamètre du trou sur la bande de roulement jusqu’à 6 mm, conditions normales de la jante) la réparation obtenue grâce au liquide de scellage Fix&Go est sûre et fiable. Suivez scrupuleusement les instructions relatives au modèle possédé, et vous repartirez sans effort, parcourant de nombreuses centaines de kilomètres sans aucune contre-indication (toujours respecter la vitesse conseillée après la réparation). De nombreuses voitures de sport de haute cylindrée dont les pneus présentent des dimensions vraiment considérables, et la quasi-totalité des camping-cars, utilisent le système Fix&Go depuis des années, vu que la roue/petite roue de secours a été éliminée

Le produit n’est pas utile lorsque vous lacérez le pneu

C’est la seule raison pour laquelle il est utile d’avoir une roue de secours dans le coffre. On le sait : une roue lacérée ne peut pas être réparée avec Fix&Go. D’ailleurs il faut se demander à combien de gens il est arrivé de lacérer une roue au cours de leur vie d’automobiliste. Les revues du secteur, les fabricants de pneus et les spécialistes de la sécurité routière réalisent régulièrement des enquêtes à ce propos : 97% des crevaisons qui se produisent sur la route ont une forme ronde ou ovale et elles sont provoquées par des objets d’un diamètre compris entre 4 et 5 mm. Fix&Go est aujourd’hui la meilleure solution pour ce type de dommages.

Le kit est trop compliqué à utiliser

Il n’y a rien de plus faux. Aujourd’hui, nous sommes entourés par la technologie, même dans la voiture : ordinateurs de bord,  téléphones portables connectés à des systèmes sans fil, suspensions à contrôle électronique, surveillances globales de l’état des composants… Personne ne se plaint de devoir passer quelques heures à apprendre le mode d’emploi de ces appareils/ dispositifs de contrôle, mais un refus ancestral persiste lorsqu’il faut passer 5 minutes de notre précieux temps pour apprendre ce qu’il faut faire dans le “cas malencontreux d’une crevaison”. Étant donné que nous sommes convaincus de savoir, en grandes lignes, comment on change une roue, nous passons sur le fait que la plupart de nos voitures, également sous cet aspect, ont évolué et que Fix&Go fait maintenant partie de l’équipement comme seul système de réparation. En trois étapes simples, vous réparez, vous gonflez et vous repartez.

POURQUOI DEVRAIS-JE EN POSSÉDER UN ?

Fix&Go est la solution alternative à la roue de secours, pour réparer et repartir en 15 minutes.

Il y a de nombreuses raisons pour remplacer (ou compléter, si vous préférez) votre roue de secours avec un système Fix&Go.

  • Les dimensions de Fix&Go représentent un quart de celles d’une roue de secours normale.
  • Fix&Go permet de faire des économies de poids d’environ 17 kg par rapport à une roue de secours normale, ce qui se traduit en économie de carburant (la voiture est plus légère)
  • Dans le logement de la roue de secours et de ses accessoires (crics et clés) on peut ranger pratiquement 15
  • Dans le logement de la roue de secours et de ses accessoires (crics et clés) on peut ranger pratiquement 15 Fix&Go (plus l’espace destiné à vos objets et à vos bagages ou bien pour loger le réservoir de GPL)
  • L’opération de réparation avec Fix&Go dure en moyenne 15 minutes, contre les 45 minutes nécessaires pour monter la roue de secours normale (on passe moins de temps au bord de la route, réduisant les dangers)

Ensuite, il y a de nombreuses raisons pour choisir d’équiper votre voiture, votre moto, votre camping-car ou un véhicule commercial du système de réparation temporaire Fix&Go. Le récit d’un automobiliste ayant crevé au moins une fois pourrait permettre de dresser une liste amusante des difficultés rencontrées. Ce type de situation est cocasse, mais le changement de roue est toujours un événement qui exige une attention extrême, en raison des dangers tout à fait inattendus pouvant se présenter. Aujourd’hui, sur la plupart des routes, la fréquence des crevaisons reste basse… Mais elle n’est pas égale à zéro. Les conséquences sont généralement banales mais le danger sont les routes rapides :

  • habillement sale ou endommagé
  • blessures dues au manque d’expérience ou à différentes difficultés
  • difficultés importantes dues à des conditions météo particulières ou à une faible visibilité
  • danger potentiel dû au stationnement au bord de la route
  • difficulté à extraire les outils et la roue de secours de leur logement lorsque le coffre est chargé
  • difficulté ou impossibilité de démonter la roue lorsqu’on dispose d’outils inadéquats
  • temps d’intervention très long

S’agit-il d’exagérations ? Malheureusement, seules quelques-unes des conditions décrites suffisent pour mettre l’automobiliste en difficulté et l’empêcher de reprendre son voyage de façon autonome, sans l’intervention d’un secours mobile.

Certains composants d’une voiture finissent chez les démolisseurs sans jamais avoir été utilisés : dans 85 % des cas il s’agit de la roue de secours (jante et pneu), du cric et des instruments correspondants.. 85% de ces systèmes de secours “fondamentaux” accompagneront le véhicule jusqu’à la fin de sa vie sans jamais avoir été utilisés.

Toutefois, étant donné que l’ “ensemble roue de secours” représente toujours 20 % de l’équipement des roues, cela signifie que 20 % des matières premières ainsi que des coûts de production et de distribution des roues sont investis dans un système que l’on utilise rarement. Il est très probable que l’ « ensemble roue de secours » soit de moins en moins utilisé en raison de la diffusion croissante des programmes d’assistance routière et des téléphones portables inséparables.

L’ “ensemble roue de secours” représente un coût pour trois raisons au moins :

  • matières premières et coûts de production, comme on l’a dit, qui sont inclus dans le prix de la voiture
  • espace soustrait aux réalisateurs de projet, qui pourraient obtenir davantage d’espace vu les dimensions du compartiment de la roue de secours et des accessoires, pour augmenter l’espace à la disposition des passagers et des bagages, ou simplement pour optimiser le positionnement des parties mécaniques
  • enfin, le poids de tout l’ “ensemble”, qui influence les consommations ; naturellement, on ne peut pas les relever à partir d’un seul “plein” mais si l’on considère le poids moyen de 20 kg (roue avec pneu+cric+accessoires), au cours des 250 mille km parcourus en moyenne par une voiture de moyenne cylindrée en 10 ans, la consommation calculée (théoriquement) est égale à environ 165 l de carburant qui, à raison de 1,650€ au litre, représentent 272,25€.

L’objectif d’augmenter les dimensions du coffre et l’efficacité des composants, en réduisant le poids et les coûts, a poussé les constructeurs à éliminer tout l’ensemble de la roue de secours et à le remplacer par un kit de réparation temporaire, comme Fix&Go, qui pèse environ 2 kg et qui occupe l’espace d’une bouteille d’eau. Sa fonction est d’injecter, en cas de crevaison, un liquide de scellage (et non de la mousse !), atoxique, à l’intérieur du pneu crevé, grâce à un compresseur petit mais puissant.

Fix&Go est choisi par 24 marques d’automobiles dans le monde depuis plus de 15 ans.